OK
fr | en

3ème Biennale Déco et Création d’art – Pantin

2330381

Pantin – création en banlieue

Il y a deux ans, un article du New York Times faisait de Pantin le « Brooklyn de Paris ». Une comparaison soutenue par la forte émulation artistique que connait cette ville depuis quelques années. Dans le contexte du développement du Grand Paris, dont elle est la métropole, Pantin devient un pôle d’attraction important. Art contemporain, mode, danse, musique, les activités se multiplient. Depuis 2012, la galerie Thaddaeus Ropac a investi les locaux d’une ancienne fonderie, Chanel s’est installé sur les bords du Canal de l’Ourcq, Hermès y continue son développement.
Le design et les activités liées aux métiers d’art ont eux aussi traversé le périphérique. La branche luxe des Compagnons du Devoir et l’école de design Camondo se trouvent désormais dans la ville. Et depuis trois ans, le festival D’Days (designers’days) a ouvert son parcours, jusque là exclusivement parisien, à Pantin.

Design et Déco à Pantin – Les « néo artisans » à l’affiche

C’est donc dans un environnement en mouvement, et en pertinence avec l’actualité de la ville, que se tiendra, du 10 au 12 octobre prochain, la 3è Biennale Déco et Création d’art. Cent créateurs – artisans et designers – seront réunis au Centre National de la Danse, un espace de 2000 m2, pour une exposition-vente ouverte aussi bien aux professionnels qu’au grand public.
Si les deux précédentes éditions avaient à l’esprit de promouvoir l’éco-conception, il s’agira, cette année, de mettre en avant les « néo-artisans », ceux dont la recherche vise à allier les gestes et savoir-faire traditionnels aux techniques nouvelles de pointe (les outils numériques notamment). Innovation est donc le mot d’ordre de cette biennale où seront exposés des designers d’objets (Atelier W110, Iota Element, Godard Design), des artisans du métal (Erwann Boulloud, Marie-Pierre Ginestet), de la lumière (Sandra Clodion), du verre (Laurence Brabant), du textile (Luce Couillet, Alice Laroche Leblanc) ainsi que des céramistes (Elise Lefebvre, Simone Perrotte) – pour n’en citer que quelques-uns.
Un fab lab sera mis en place, animé par les collectifs Eco Design Fab Lab, la Nouvelle Fabrique, Woma et Wood and the Gang. Un espace de création ouvert au public, qui pourra voir ces créateurs-designers à l’oeuvre.
Outre les expositions, des work-shops, conférences et rencontres thématiques seront proposés.

Galerie Carole Decombe – les savoir-faire à l’honneur

A une époque où l’idée prime souvent sur le geste, la Galerie Carole Decombe propose, elle aussi, des oeuvres à la fois artisanales et au design contemporain, aux formes résolument modernes, où l’innovation et l’audace se mêlent à la tradition et la rigueur. C’est le cas des vases soufflés à main levée de Jeremy Maxwell Wintrebert, des céramiques surréalistes d’Isabelle Sicart, des sculptures aériennes de verre et d’acier de Valérie Kling.
Consciente de l’importance de la préservation des techniques et des savoir faire artisanaux, Carole Decombe choisit non seulement d’exposer ces artistes-artisans, mais elle les encourage aussi à dialoguer, à travailler ensemble.
Au printemps dernier, l’exposition Zeugma réunissait quatre créateurs pour un travail collaboratif, l’occasion pour Isabelle Sicart (céramiste), Emmanuel Levet Stenne (designer) et Nicolas et Sebastien Reese (décorateurs) de conjuguer leurs savoir-faire et leurs idées autour de la création d’une oeuvre unique.

Nous vous invitons à naviguer sur le site pour mieux découvrir leurs univers étonnants.

Cécile J.

Posté le 10 octobre 2014